Mosaïque photos Saint-Martin

Saint-Barthélemy et Saint-Martin, les « îles du Nord »

Longtemps rattachées administrativement au département de la Guadeloupe, ces deux îles sont devenues récemment des collectivités territoriales particulières, le 15 juillet 2007. Relativement proches l’une de l’autre, mais isolées à environ 250 kilomètres au nord de la Guadeloupe, elles présentent à la fois des caractéristiques différentes, voire opposées, et certaines ressemblances ou caractères complémentaires. Toutes deux, baignées par les eaux de l’océan Atlantique à l’est et par les eaux plus chaudes de la mer Caraïbe à l’ouest sont de superficie modeste. elles couvrent à elles deux à peine plus de 115 km2. L’île de Saint-Martin a la grande particularité d’être partagée entre une partie française (54 km2) et une partie hollandaise (34 km2). La superficie de Saint-Barthélemy représente le quart de celle de la partie française de Saint-Martin. Séparées de 25 kilomètres, elles connaissent les mêmes particularités importantes pour la navigation : des marées de faible amplitude et une houle atlantique, conséquence des vents alizés et des courants qui généralement portent à l’ouest.

Saint-Martinois et Saint-Barths

Sur le plan humain, l’île de Saint-Barthélemy est peuplée principalement de descendants de Français métropolitains originaires de l’ouest du pays. Française depuis 1648, l’île a relevé de la souveraineté suédoise de 1784 à 1878 et conserve depuis une franchise fiscale et douanière. On y parle français et (encore un peu) patois. Le créole et l’anglais y sont familiers. La partie française de Saint-Martin compte une forte population d’origine africaine. Elle est française depuis 1639, ayant été partagée avec les Pays-Bas en 1648, mais on y parle volontiers anglais. 

empty