Ségou T.1 ; les murailles de terre

Ségou T.1 ; les murailles de terre

Résumé

A la fin du xviiième siècle, l'afrique est encore l'afrique. Un continent noble et sauvage. entre bamako et tombouctou, ségou est un royaume florissant. les bambaras - polythéistes et animistes - un peuple invincible. Culte des ancêtres, sacrifices rituels, chants des griots. tout semble immuable. pourtant, de grands bouleversements se préparent l'esclavage fait rage. les européens se prennent pour de grands civilisateurs. l'islam - d'abord considéré comme une culture exotique apportée par les caravanes arabes - gagne du terrain. Le temps des malheurs commence. la famille de dousika traoré - noble bambara - sera la plus touchée. quatre de ses fils seront jetés comme des fétus de paille dans la tourmente de l'histoire et auront des destinées terribles.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

  • EAN 9782266128353
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 476 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 11 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 255 g
  • Distributeur Interforum

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles de genre > Roman historique

Maryse Condé

Maryse Condé est née Maryse Boucolon en 1937 à Pointe-à-Pitre. Sa mère était enseignante, son père travaillait dans une banque. Après son bac, elle étudie en France, au lycée Fénelon, puis à la Sorbonne. Elle a publié son premier roman en 1976, après avoir longtemps vécu en Afrique, où elle a puisé la matière de "Ségou" (Robert Laffont, 1985), l’un de ses plus grands succès. Elle a écrit une douzaine de romans dont "La Vie scélérate" (prix Anaïs-Ségalas de l’Académie française, 1988), "Le Cœur à rire et à pleurer" (prix Marguerite-Yourcenar, 1999). Elle vit aujourd’hui à New-York, où elle enseigne la littérature à l’université de Columbia. En 1993, Maryse Condé a été la première femme à recevoir, pour l’ensemble de son œuvre, le prix Puterbaugh décerné aux États-Unis à un écrivain de langue française. "Ambassadrice" de la littérature caribéenne, elle est en effet lue dans le monde entier, et plus particulièrement sur le continent américain. Elle y est étudiée dans la plupart des départements de langue et littérature française et francophone, dans les départements d’anglais ou d’études féministes, et son œuvre fait l’objet de thèses de doctorat. Son statut de grande dame de la littérature l’a aussi amenée au Japon, en Afrique du Sud ou en Amérique du Sud.

empty