Sans la liberté

Sans la liberté

À propos

« Personne d'autre que le citoyen libre n'a qualité pour juger de l'emploi qu'il fait de sa liberté, sauf à voir celle-ci disparaître. Ainsi la loi ne peut-elle permettre à l'État de restreindre abusivement la liberté d'aller et venir, de manifester, de faire connaître une opinion, de s'informer, de penser pour finir. » Lorsque Chateaubriand déclare que « sans la liberté il n'y a rien dans le monde », ce n'est pas seulement un propos de littérateur. Il exprime cette vérité trop souvent oubliée que « sans la liberté », il n'y a pas de société politique, seulement le néant de ces individus isolés auquel l'État, porté à l'autoritarisme et à l'ordre moral, a cessé d'appartenir.
Tel est bien le danger de la démocratie moderne que François Sureau s'emploie ici à désigner tant dans nos moeurs sociales que dans notre vie politique et, sans concession, à la lumière de nos responsabilités individuelles et collectives. L'homme est voué à la liberté ; il lui revient continûment, avec « patience et souffle », d'en reformuler le projet politique et de n'y rien céder.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Sciences politiques généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur les sciences politiques

  • EAN

    9782072854217

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    54 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    80 g

  • Distributeur

    Sodis

Infos supplémentaires : Broché  

François Sureau

François Sureau est né en 1957 à Paris. Ancien membre du conseil d'État, il est aujourd'hui avocat à Paris. Écrivain, il a notamment publié dernièrement aux Éditions Gallimard L'obéissance (collection blanche, 2007, Folio n° 4805), adapté en BD par Franck Bourgeron (Futuropolis, 2009), Inigo (collection blanche, 2010, Folio n° 5345), Le chemin des morts (collection blanche, 2013).

empty